Recherche personnalisée
     
 
     
 

Le risque de liquidité.    • Le risque de taux.
Le risque de change.    • Le risque de crédit.

Le risque de change

Rappelons que l’origine du risque de change est la détention de créances et dettes en devises, d’où des gains ou pertes en cas de variations du cours de ces devises. Comme pour le risque de taux, on donnera quelques définitions, puis la mesure et la gestion du risque de change seront étudiées.

risque de change
Le risque de change d'un actif financier est la variation du cours de change de cet actif par rapport à une autre devise résultant d'une variation du taux de change. Par exemple, le fait de se faire payer en France en Dollars, peut selon le cours EUR/USD, faire baisser la valeur de l'argent ou inversement en gagner. Le risque de change est élément négatif du patrimoine de l'entreprise qui doit être valorisé en comptabilité. Selon le principe de prudence le risque de change doit être provisionné.
   
       
A- Définitions

Il convient de distinguer :

La position globale de change qui se définit comme le solde net :

Créances en devises – Dettes en devises

Cette position globale n’est pas un bon indicateur du risque supporté par la banque puisque toutes les devises sont confondues. Elle est néanmoins calculée quand la réglementation des changes interdit aux banques de prendre une position globale de change, ce qui signifie que tous les soirs, la banque doit avoir une position nulle.

La position de change par devise. Pour chaque devise, on détermine les créances et dettes ce qui conduit à deux situations :

   
Devise
X
   
Créances
Dettes
 
Créances
Dettes
   

Position courte Position longue
 

Une banque est en position courte lorsqu’elle détient moins de créances dans la devise X que de dettes. Cette situation est :
- Favorable si le cours de la devise X se déprécie.
- Défavorable si le cours de la devise X s’apprécie.

Une banque est en position longue lorsqu’elle détient plus de créances dans la devise X que de dette. Cette situation est :
- Favorable si le cours de la devise s’apprécie.
- Défavorable si le cours se déprécie
.

La position de change au comptant et la position de change à terme. La première étape d’une opération de change à terme est soit un achat au comptant, soit une vente au comptant de devises. Dès cette étape, le risque de change apparaît. La seconde étape consiste à prêter ou emprunter les devises objet de l’opération (prêts et emprunts euros et devises sur les marchés de capitaux). Cette deuxième étape fait apparaître un risque de taux. Donc, toute opération de change à terme donne naissance à un risque de change et à un risque de taux.

Ainsi, une banque reçoit un ordre d’achat à terme de dollars (USD). L’opération se décompose ainsi :
- Achat au comptant des USD => Créance en USD => Risque de change
- Emprunt à terme de FRF => Risque de taux
- Prêt à terme de USD => Risque de taux
.

B- La mesure du risque de change

Dans ces conditions, le risque de change se mesure par la position de change, devise par devise ; les prêts et emprunts d’euros et devises sont reportés dans les échéanciers de calcul du risque de taux.

La banque peut calculer alors, pour chaque devise, la perte engendrée par une variation adverse des cours de change et la somme de ces pertes est une évaluation de l’exposition globale au risque de change qui peut être comparée au montant des fonds propres.

C- La gestion du risque de change

Comme le risque de taux, le risque de change peut se gérer de deux façons :

La neutralisation du risque de change : Quotidiennement, la banque ajuste sa position de change devise après devise afin de supprimer les positions courtes ou longues.

La couverture du risque de change : Si la neutralisation n’est pas possible, la banque doit alors couvrir le risque de change grâce à l’utilisation des nombreux instruments disponibles qui ne seront pas développés ici.

   
       
©copyright www.banque-credit.org/ contact