Recherche personnalisée
 
     
 
     
 

Intermediation vs Désintermediation
Que font les banques ?
La diversification des activités bancaires
L'expansion des banques en services financiers non bancaire

• Intermediation vs. Désintermediation

- Economie d’endettement vs Economie du marché.
- Financement indirecte vs Financement directe.
- Banque commerciale vs Banque du marché
.

L’économie d’endettement est caractérisée par l’endettement bancaire, donc les entreprises ont recours essentiellement aux banques pour financer leurs projets ; et les banques elles même ont recours à la banque centrale pour se refinancer.

L’économie d’endettement est caractérisée par le financement indirect, car les banques jouent un rôle d’intermédiaire entre les agents excédentaires des ressources et les agents qui ont besoin de financement. (On parle ici de l’Intermédiation).

L’économie du marché veut dire que les agents qui ont des besoins de financement peuvent avoir ces financements directement du marché c’est à dire des agents qui ont des excédents de ressources sans passer par l’intermediaire d’une banque. C’est le cas de financement direct. (On parle ici du phénomène de Désintermediation).

Intermediation : L’essentiel du financement externe des entreprises se fait par l’intermédiaire des banques.

Désintermediation : Il n y a pas de monopole, tout le monde peut avoir un accès au marché sans intermediaire bancaire. Les entreprises peuvent avoir un financement par l’émission de crédit de trésorerie au lieu d’avoir une dette d’une banque.

Principales fonctions de l’intermediation :

- La transformation de la liquidité : des épargnants qui n’ont pas de projets pour leurs argents aux entreprises qui en ont besoin (Grossiste détaillant).

- La mutualisation des risques : Ni l’emprunteur cherche d’où vient l’argent, ni l’épargnant cherche où va l’argent, c’est la banque qui mutualise les risques et l’argent.

- Information : les banques ont des moyens de savoir adaptés aux activités des entreprises.

Avantages de la banque intermediaire par rapport au marché financier :

Les banques :
- Offrent des services matériels, d’autres intellectuels
- Gèrent les moyens de paiement
- Gèrent les épargnes
- Ont accès au marché
- Conservation de titre

Des fonctions anciennes, d’autres nouvelles : même si c’est une économie du marché les banques ont la possibilité d’intervenir et résoudre les problèmes de financement s’ils existent.

De plus, les banques ont les moyens d’avoir l’information et l’analyser (connaissance de métier – capacité d’apercevoir la situation des clients – capacité à faire face à l’anti-sélection c’est à dire l’éviter – surveiller les clients en évitant l’alea moral (moral hasard)), C’est le savoir faire par l’information. Les banques ont aussi des moyens d’adaptation.

• Que font les banques ?

Les banques sont des acteurs clé du financement de l’économie : Elles drainent l’épargne des agents à capacité de financement (ménages, entreprises) et octroient des crédits aux agents à déficit de financement (entreprises, Etat et administrations). A ce titre, elles sont en concurrence avec :
- Divers marchés de titres négociables (actions, obligations, billets de trésorerie)
- Autres intermédiaires financiers (caisses d’épargne, compagnies d’assurance, etc.)

La principale spécificité des banques tient à la nature particulière des dépôts à vue, une des principales composantes de leur passif. Les dépôts à vue sont la principale forme de la monnaie dans les économies contemporaines. Il en résulte que l’activité traditionnelle des banques s’organise autour des 3 axes principaux :
- Courtage en information (entre agents à capacité et à déficit de financement)
- Transformation qualitative d’actifs (montants unitaires, échéances, modes de rémunération, diversification des risques)
- Administration de système des paiements

Les revenus des banques sont constitués par la marge d’intermédiation (marge d’intérêt) issue de la transformation qualitative d’actifs et par des commissions issues des activités de courtage.

Les marchés de capitaux ne sont pas aussi efficients que ce postule la théorie financière. Ils souffrent de diverses imperfections. Notamment des coûts de transaction et diverses externalités (exemple : information privée risquant de devenir un bien public). Les banques et autres intermédiaires financiers permettent de réduire ces coûts de transaction et de surmonter ces externalités.

L’information n’est pas parfaite sur les marchés de capitaux. Les banques tirent parti de et réduisent les inévitables asymétries d’information entre emprunteur et prêteurs. Elles permettent de limiter les comportements opportunistes des emprunteurs par l’Antiselection et alea de moralité. Elles sélectionnent les projets des emprunteurs, s’assurent de leur bonne exécution et font respecter les clauses du contrat de prêt. L’information privée sur les déposants et emprunteurs consiste ainsi un actif spécifique qui leur confère un pouvoir monopolistique (vis-à-vis des marchés de titres négociables et d’autres acteurs financiers), et qui est la source principale de leur franchise.

Par ailleurs, les banques procurent une assurance de liquidité et permettent aux épargnants de deconnecter leur profil inter temporel de consommation de la chronique de leurs flux actualisés de revenus. Les analyses de ces 25 deniers années ont donc permis de mieux mettre en valeur les spécificités de la banque. Elles justifient sa forte réglementation par les pouvoirs publics et l’ont longtemps fait évoluer dans un environnement concurrentiel spécifique.

• La diversification des activités bancaires

Au 21ème siècle, les banques demeurent un élément central de marchés financiers bien développés, cependant, certaines banques ont étendu leurs activités au-delà des traditionnelles fonctions bancaires de base. Le secteur bancaire est normalement composé de banques spécialisées qui opèrent dans des marchés de niche, et des banques généralistes qui proposent une vaste gamme de services bancaires et d'autres produits financiers, tels que l’ouverture de comptes de dépôt, les prêts, le courtage d’actions et l'assurance-vie. Par exemple, les «banquiers privés» acceptent les dépôts des particuliers fortunés et investissent dans un vaste éventail d'actifs financiers. Les banques d'investissement modernes ont une part relativement faible dans le service de dépôt, mais travaille sur les capitaux propres et les obligataires. Les banques internationales, même en forme restreinte, offrent presque tous les services financiers, des services bancaires de base à l'assurance.

• L'expansion des banques en services financiers non bancaire

Beaucoup de banques d'épargne continueront à se concentrer principalement sur les activités bancaires de base. Cependant, 5 à 10 banques importantes dans n’importe quel pays occidental se sont diversifiées en plusieurs types d’institutions financières où les traditionnels services bancaires en gros et en détail restent des divisions importantes, mais une large gamme de services financiers est également offerte. Par exemple, les banques internationales, même en formes restreintes, offre presque tous les autres services financiers, de services bancaires de base à l'assurance.

Les services financiers non bancaires comprennent, entre autres, sicav ou fonds communs de placement, courtage d’actions, assurances, fonds de pension ou de la gestion d'actifs. Les clients exigent un ensemble de services, car il est plus facile de les procurer de cette manière. Par exemple, l'achat d'un panier de services financiers auprès des banques aide ses clients à surmonter les asymétries d'information qui font qu'il est difficile de juger la qualité. Une banque ayant une bonne réputation en tant qu’intermédiaire peut utiliser cette réputation pour commercialiser d'autres services financiers. Ainsi, certaines banques pourraient être en mesure d'établir un avantage concurrentiel et d'en tirer profit.

La plupart des banques sont également actives en hors bilan (AHB) dans le but d’accroître leur rentabilité. Les instruments d’AHB génèrent des revenus et sont donc typiques des produits financiers, et n’apparaissent pas comme un actif ou un passif sur le bilan traditionnel d’une banque. Certains produits d’AHB ont été offerts par les banques depuis de nombreuses années. Ils comprennent, entre autres, les cartes de crédit, les lettres de crédit, l'émission de titres, et l'exploitation d'installations de dépôt, agissant en qualité de liquidateur de succession, gestion de fonds, de détention globale et de vente de devises. En outre, au cours des 20 dernières années, un nombre croissant de banques ont utilisé ou donné des conseils sur l'utilisation des instruments dérivés et de la titrisation.

   
       
©copyright www.banque-credit.org/ contact